PORTAIL

Actualités

Le modèle CPE : celui qui correspond le mieux à l'idéal de qualité d'un service éducatif à la petite enfance, notamment à cause de son personnel qualifié

Dans son récent avis d'août 2012, « Mieux accueillir et éduquer les enfants d'âge préscolaire [...] », le Conseil supérieur de l'éducation identifie onze caractéristiques des services « qui peuvent le mieux favoriser le bien-être et le développement des enfants de 4 ans » (p. 77). Ces facteurs de la qualité éducative peuvent facilement s'appliquer à l'ensemble des enfants de 0 à 5 ans. Le Conseil supérieur conclut, après avoir analysé l'ensemble des services éducatif au Québec, que c'est le « modèle CPE » qui est le plus adapté à cette vision de la qualité éducative.


L'interaction adulte-enfant, la dimension clé de la qualité; « l'étayage », une composante clé du soutien au développement du plein potentiel de la petite enfance selon le Conseil supérieur de l'éducation

Dans son récent avis d'août 2012, « Mieux accueillir et éduquer les enfants d'âge préscolaire [...] », le Conseil supérieur de l'éducation émet un avis important pour « favoriser l'égalité des chances et la réussite pour tous ». Parmi ses 14 recommandations, le Conseil supérieur souligne l'importance de l'approche de l'étayage pour soutenir le développement du plein potentiel de l'enfant. Parmi ses autres recommandations, on retrouve notamment l'apprentissage de la lecture et de l'écriture ainsi que le soutien au développement des fonctions exécutives de l'enfant, mais toujours dans une perspective de développement global de l'enfant à travers le jeu tel que les CPE le préconisent.


Une campagne nationale de valorisation de la « profession d'éducatrice qualifiée » pour contrer la pénurie d'éducatrices

Le réseau des CPE subit une pénurie d'éducatrices qualifiées depuis déjà plusieurs années. Durant cette période, le secteur des services éducatifs à la petite enfance a poursuivi son développement afin de répondre aux besoins de familles. Ceux-ci sont de deux ordres. Les parents ont besoin de services fiables afin de favoriser la conciliation travail-famille, mais il faut également que ces services offrent un milieu favorisant l'actualisation du plein potentiel de l'enfant et l'égalité des chances. Avec le nouveau plan de développement de places de février 2013 qui s'ajouteront aux 15 000 places annoncées en 2011, la pénurie d'éducatrices qualifiées s'aggravera encore davantage.


La rentabilité économique et sociale des CPE pour l'État et la société

Une récente étude menée par Pierre Fortin, Luc Godbout et Suzie St-Cerny1 explique que le financement « des services de garde éducatifs » à contribution réduite au Québec n'est pas une dépense, mais plutôt un investissement très rentable à court et long terme pour l'État et la société. Cette étude démontre la rentabilité budgétaire d'investir dans les services éducatifs pour la petite enfance. Les conclusions de cette étude ont aussi été présentées au forum « Un Québec fou de ses enfants, 20 ans et ça continue » tenu le lundi 7 novembre 2011 à l'UQAM. À partir de cet acquis, il faut amener à un niveau supérieur la contribution sociale des CPE pour le bien-être des familles et de la société.


Page suivante ->